Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Votre avis

MotoFlat vous a plut, déplut ? Laissez-moi un commentaire ! Le lien est à la fin de chaque article.

Recherche

26 novembre 2015 4 26 /11 /novembre /2015 20:57

Et voila il roule. Le contacteur n'était pas branché (!) et un bon nettoyage de carbu pour que tout rentre dans l'ordre.

ça roule
ça roule
ça roule
Repost 0
Published by David
commenter cet article
18 octobre 2015 7 18 /10 /octobre /2015 19:41

Ca y est le moteur tourne ! 5 coups de kick et il a démarré nickel, trop content.

Bon tout n'est pas rose :

- impossible de régler le ralenti car le volet des gaz ne revient pas complètement, démontage de carbu en perspective

- le contacteur à clé est sans effet, le contact et toujours mis ... et là je sèche, va falloir réfléchir

- les clignotants arrière ne fonctionnent pas, ça devrait pas être trop compliqué

Encore un peu de pain sur la planche avant d'aller faire un tour mais content quand même. Après 18 ans il a repris de la voix et c'est bien le principal !!

Repost 0
Published by David
commenter cet article
29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 20:31

Et ça continue ... l'électricité est rebranchée, les fils et connexions sont d'époque mais bon, on verra bien. Les câbles sont (presque) tous fonctionnels. Avec encore un bon week-end çà devrait pouvoir rouler si je ne m'y met pas à 17h !

Après le réservoir il ne me restera plus que les marchepieds, la selle, la descente de klaxon, la boite à gants, et roule. J'ai un peu hâte maintenant que je m'approche de la fin, à suivre

Fils et câbles

Fils et câbles

Repost 0
Published by David
commenter cet article
30 août 2015 7 30 /08 /août /2015 19:57

Grand jour aujourd'hui : Geminox est de nouveau sur ses roues ! Il y a encore du boulot mais ça commence à ressembler à un scoot !!

Il est à nouveau sur ses roues !!

Il est à nouveau sur ses roues !!

Repost 0
Published by David
commenter cet article
17 août 2015 1 17 /08 /août /2015 20:37

première vraie étape du remontage, elle n'est pas la plus compliquée mais sera bien utile pour tenir debout !

la béquille ...

la béquille ...

Et la prochaine ce sera çà :

les aiguilles rouillées

les aiguilles rouillées

J'ai oublié de les enlever avant peinture et maintenant c'est la misère si je dois chauffer, une idée ?

Repost 0
Published by David
commenter cet article
30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 19:25

J'ai toutes les pièces / joints / écrous / vis / rondelles / RMT, il n'y a plus qu'à appliquer l'huile de coude pour remettre en forme ce vieux moulbif qui m'a trainé sur tant de kilomètres.

Au début de l'après-midi il y avait çà : (OK j'avais déjà un peu avancé)

atelier pignons

atelier pignons

Et en fin d'après-midi çà :

on dirait le patch du NVS nan ?

on dirait le patch du NVS nan ?

J'ai un peu psychoté par moment vu que ça faisait vraiment longtemps que j'avais pas bricolé un vespa, 18 ans en fait ... Heureusement le 2 temps c'est quand même plus facile que le 4 temps. Et puis ce n'est qu'un vaste meccano ou le risque d'erreur est limité. Je ne vais pas m'enflammer quand même tant qu'il ne sera pas démarré.

J'ai remis le kit DR 180 avec piston et segments d'époque, on verra bien. Et puis s'il faut le changer par la suite c'est pas bien compliqué. faudra encore que j'achète une bougie et du fil HT. J'ai bien nettoyé le carbu dans tous les coins avec du nettoyant adhoc, je ne me souvenais d'ailleurs pas que c'était un 24 ex 200. J'ai pas changé le joint de cuve car il n'était pas dans la pochette ... il était propre, çà devrait coller.

Un doute m'habite pour la pompe à huile. Est ce qu'il y a une manip spéciale pour la réamorcer correctement au 1er démarrage ? Là elle est pleine d'air, c'est pas gênant ?

prochaine étape la coque et tout ce qui va dessus, bref y'a plus que le reste ?

Repost 0
Published by David
commenter cet article
9 juin 2015 2 09 /06 /juin /2015 20:29
Geminox 2, la suite du retour

ça y est la chose est revenue de la peinture ! orange et noir pour changer. Par contre j'ai pas réitéré l'exploit de la peinture en relief mais bon ... ça ira bien.

Prise des cotes de tous les joints / roulements / cages à aiguilles puis commande dans la foulée en même que tout un tas de trucs qui vont bien gonfler la note. Je vais repartir avec un scoot à moitié neuf !

maintenant il va falloir ouvrir tous ces cartons et remonter l'ensemble dans le bon sens, pas trop compliqué mais il va me falloir du temps parce que je bosses plutôt lentement.

Repost 0
Published by David
commenter cet article
4 juin 2015 4 04 /06 /juin /2015 20:51
Il a encore fière allure !!

Il a encore fière allure !!

Ca me trottait dans la tête depuis quelques mois et je me suis enfin décidé en ce début d’année 2015, refaire rouler mon scoot.

Après avoir écuming ze road ensemble dans les 90’s : Belgique, Allemagne, Hollande, Suisse, Italie, Angleterre, Ecosse, France J, il avait échoué dans le garage après l’arrivée de ma première moto. Jamais très loin pourtant il m’avait vaillamment suivi dans tous mes déménagements avec quand même une prédilection pour le sous-sol de mes parents. Comme celui-ci était chauffé il n’a pas trop souffert de la corrosion. Après 19 ans sans rouler (çà nous rajeunit pas !) la carrosserie n’est pas couverte de rouille. Il est vrai que je l’avais entièrement « rustolée » avant que Daniel n’y applique sa désormais célèbre peau d’orange touch, la première peinture en relief avec effet peau d’orange … Et puis les autocollants appliqué consciencieusement par tous les potes l’ont bien protégé. C’était mon concept de l’époque : chacun pouvait y coller l’autocollant qu’il voulait à condition qu’il soit le plus ridicule possible. Le vainqueur fut bien évidemment Bruno avec son légendaire Geminox qui donnera son nom à la chose.                           

Bref il a fallu tout démonter pour l’amener au sablage vu que je ne me voyais pas poncer tout çà. En le faisant j’ai rédigé la liste de tout ce qu’il va falloir changer et elle est plutôt longue. Les pièces de Vespa sont moins chères que celles de moto heureusement. Un petit weekend end m’aura suffit et la bête est maintenant en peinture. La prochaine étape c’est l’ouverture du moteur pour juger de l’ampleur de la tâche. J’ai déjà racheté un carter extérieur cassé depuis mon accident de 1992 et un volant magnétique car le Pinasco en nylon a plutôt mal vieilli. 

A suivre …

en avant la clé de 13

en avant la clé de 13

... bientôt la peinture !

... bientôt la peinture !

Repost 0
Published by David
commenter cet article
28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 08:05

La Motorette

 

Passagère c’est bien, pilote c’est mieux. A force de rouler derrière moi  Laurence a pris goût à avoir le nez au vent, aux sensations que procurent la moto. Bien plus encore elle s’est approprié le côté esthétique de l’objet. Elle n’est plus insensible aux galbes de vieux carters anglais où aux lignes classiques des anciens flats qu’elle a souvent sous les yeux.

Au fur et à mesure des ballades et des week-ends motos elle parfait sa culture de la chose, toujours à l’écoute. Les nombreuses visites chez les concessionnaires lui ont également permis d’exercer son œil à identifier les signatures visuelles des grandes marques. S’il est une de ces séances à garder en mémoire c’est bien celle de notre passage aux Bikers classic cette année à Spa.

Triumph y était sympathiquement représenté par deux demoiselles particulièrement convaincues du charisme de la marque et de la qualité de ses produits. Il est vrai que les nouvelles Bonnevilles sont jolies. Après divers palabres, essais de vestes et de selles il s’avère que c’est sur la SE que Laurence a eu le déclic en prenant le guidon dans ses mains à elle et, cerise sur le gâteau, ses 2 pieds sont bien à plat sur le macadam.

Ca me va bien vu qu’elle a plutôt bonne gueule cette Bonneville. Celle-là est blanche et sans fioritures inutiles. Quand elle est sortie je n’étais pas fan de ces jantes à bâtons et de cette roue de 18 pouces mais il faut bien reconnaître que l’ensemble est réussi. On est passé des swingin’ sixties de la T100 aux psychedelic seventies avec cette SE. Elle fait un clin d’œil à la T140D de 1979, époque tendance chant du cygne pour la marque anglaise.

Moi çà me projette au temps des cheveux gras qui dépassent des premiers intégraux Nava, des Clark’s toutes plates invisibles sous les pattes d’eph moules-boules et surtout des cuirs de motos qui sortent enfin du sempiternel noir cambouis ! Les Triumph de cette époque pissaient un peu l’huile, ne freinaient que très moyennement et demandaient une  certaine habileté au maniement des outils (en pouces) mais dégageaient surtout une belle aura propre aux motos classiques. Celle du métal brut, des odeurs d’huile chaude, d’une perception bien plus directe de la mécanique à la conduite. Bref cette SE est un bon choix pour une nouvelle moto à mettre dans le garage. Et puis un twin parallèle ça reste un twin non ? Il ne devrait pas trop jurer à côté de ses homologues à plat. Le seul hic dans cette histoire c’est qu’il faut avoir le permis pour conduire un tel engin et çà Laurence en est bel et bien démunie.

Là c’est la sagesse qui va parler. Pourquoi se lancer dans un achat compulsif alors qu’elle n’a jamais piloté de deux roues ? Avant de faire trop de frais il serait bon de prendre un peu d’expérience et valider ses aptitudes au pilotage … La solution est donc de passer par la case 125. Oui mais laquelle ? Laurence est complètement d’accord avec moi sur ce point et ne veut pas se retrouver sur un immonde machin en plastique comme on en voit trop. Quitte à rouler en petit cube, autant qu’il soit joli !

3 4 face

Je dois dire que je ne suis pas un connaisseur en la matière mais j’ai quand même un où deux modèles en tête. Hors de question de prendre une trapanelle hors d’âge à bricoler toutes les cinq minutes, il nous faut du fiable. Point de deux temps pisse-feu ni de custom feet first singeant les Harley où encore de moto de facteur. Et le scooter, comment vous dire … ?

Non, il nous faut un bon petit utilitaire sympa et pas trop cher, pas cher du tout d’ailleurs.

On s’en est bien tiré en tombant par hasard sur une Sym 125 Wolf Classic lors d’une escapade parisienne cet été. C’est étonnant de voir comme le modèle bicolore bleu / blanc ressemble à une petite Bonneville ! Bon, faut imaginer un peu quand même, elles ne sont pas identiques non plus hein ! Elle a fait l’unanimité sur le trottoir du Panthéon et nous a tapé dans l’oeil ! Faut dire que le moment était propice à l’envie. Il faisait beau, on était en ballade, nos pas nous avaient amenés au jardin du Luxembourg au charme si prononcé en cette chaude journée de juillet.

Moi, les Sym connaît pas. Il va donc falloir se rencarder. La Wolf a été arrêté en 2008 donc ce sera une occasion, reste plus qu’à la trouver. Laurence va mettre le temps de la recherche à profit pour prendre quelques heures à l’auto-école histoire de dégrossir tout çà, je me chargerai de parfaire la formation. Et puis çà lui permettra de se casser la figure tranquillement  comme tout le monde sans que je ne sois là !

Nous tombons rapidement sur le petit bolide de nos rêves. Un modèle 2006 noir avec un petit porte paquet, 7000 km au compteur et en super état. Le tout pour 1250 €, banco.

Amel dessus

La défenseC’est donc par un dimanche ensoleillé que nous partons avec les enfants chercher la petite bécane. Amélie et Thomas sont de la partie alors on va en profiter pour faire un crochet touristique sur les Champs-Elysées et monter sur l’Arc de Triomphe. Cerise sur le gâteau ce sont les journées du patrimoine donc la visite est gratuite. En descendant on flâne un peu sur l’avenue mais le manque de temps va nous empêcher d’aller à la boutique du PSG. Ca me va très bien mais Thomas n’est pas de cet avis et fait un peu la gueule : on y retournera mon gars !

On se rempli les estomacs au pas de course chez Ronald qui comme à chaque fois sait nous accueillir avec une bienveillance teintée de dollars. On avale rapidement notre dose de gras puis c’est le parking. Vu la somme demandée je comprends mieux pourquoi il est plein de belles bagnoles …

On arrive donc forcément à la bourre pour récupérer la motorette. C’est une bonne affaire, elle est super propre, fonctionne bien et est très mignonne en vrai ! Elle semble avoir été bien entretenue comme l’atteste le carnet et l’état général.

Laurence est toute émoustillée, pensez-donc, sa première moto ! Un évènement. Les enfants aussi la trouve à leur goût et chacun y va de ses supputations pour savoir s’il pourra la récupérer  plus tard quand il aura l’âge. Ca on aura l’occasion d’en reparler !

avec Amel

Il est un peu tard et on a presque 90 km pour rentrer donc faut pas trainer. Les premiers kilomètres se font en ville où l’agilité de cette petite moto est très agréable. Elle accélère (très très) gentiment, la tenue de route est saine et les freins efficaces. La boite inversée est déroutante au départ mais rien de grave vu que j’ai déjà pratiqué sur le café racer.

C’est en rattrapant l’A4 avant Bercy que je réalise vraiment que ce n’est pas un modèle de course. Je roule à 80 km/h et le petit mono crache tout ce qu’il peut ! J’accrocherai les 100 km/h dans une descente mais le compte-tours est en zone rouge et c’est clair que le moteur n’est pas fait pour çà. C’est bien un petit mono utilitaire mais très plaisant. J’avais quand même oublié comment ça faisait de se faire doubler à moto par les voitures !!

J’arrive à Beauvais en premier, merci les travaux à Pierrefitte et le GPS qui aura guidé vers nulle part la petite famille restée dans la voiture vu qu’il a décidé de planter juste après que l’on se soit séparé.

Après ce petit périple en 125 je pense souvent au gars de Moto Journal qui prône régulièrement l’attrait des petites cylindrées et c’est vrai qu’ils ont en partie raison. C’est léger, facile, pas cher et encore moins prise de tête et en plus çà se bricole bien. Par contre pour les vacances à deux avec armes et bagages vous pouvez oublier !! Là rien ne vaut un bon vieux gros cube.

Mais je m’égare, ce n’est pas ma moto mais celle de ma chérie qui saura bien s’en faire une bonne compagne de route avec le temps. L’hiver approche et je pense que sa vraie vie de motarde va commencer avec le printemps prochain, en même temps que les petites fleurs du jardin montreront le bout de leurs pétales …

 Arc

Repost 0
Published by David
commenter cet article
29 avril 2009 3 29 /04 /avril /2009 21:20

Je sais ce que vous pensez « pas de nouvelles depuis janvier 2008, encore un blog à l’abandon », eh ben non.

La vie est ainsi faite que parfois même ce qui vous passionne est relégué au second plan tout occupé que vous êtes à faire vivre le quotidien. Et le quotidien parfois c’est prenant, fatigant. Alors on gère ses priorités, on survit en quelque sorte, on se raccroche aux branches. Le problème c’est qu’elles sont parfois un peu creuses, pas très fiables voir même pré-sciées par soi-même … Mais je m’égare !
J’ai préféré le guidon au clavier pour mes moments de loisir et encore j’ai l’impression de n’avoir pas beaucoup roulé. En tout cas plus de kilomètres utilitaires qu’auparavant à mon grand regret. C’est comme çà. Bien content de rouler quand même.


Mais venons-en à nos moutons. Malgré ce manque de temps est revenue l’envie d’avoir un café racer, Un beau sur base BMW bien sur. Ceux qui savent diront que j’avais acheté la rouge pour çà. C’est vrai. Le truc c’est qu’elle est tellement nickel que je n’ai jamais put me résoudre à tailler dans le vif. Et puis avec son look de R90S elle me plait bien comme çà.

Un café racer donc mais pas un de ceux trop travaillés qu’on peut voir parfois. Certes bien finis mais pas toujours très authentiques. A bien y regarder c’est fou le nombre de tendances différentes qu’on peut trouver dans un genre pourtant déjà bien délimité à savoir le café racer BMW à 2 soupapes.


Il y a ceux dont les bracelets ont été jetés sur un malentendu au guidon d’une pauvre bécane qui vient de se faire scier l’arrière train en vue de faire prendre la greffe d’une improbable selle racing dénichée un lendemain de beuverie dans une bourse outre départementale alors même que le mal de cheveux du bricoleur en herbe ne lui permet qu’un très relatif sens du design !

C’est d’ailleurs plus où moins le crime dont je m’étais rendu coupable sur ma 1ère moto même si étant peu endurant pour la chose alcoolique je n’avais pas trouvé de selle adéquat et donc pas découpé la boucle arrière. Grand bien m’en fit au moment de revendre le brélon.


A l’inverse on a tous un jour admiré la machine d’un gars sorti de nulle part, tourneur fraiseur de métier, mécanicien de formation et soudeur par passion. Mais si voyons, ce racer dont la moindre pièce usinée ne déparerait pas dans un musée d’art moderne. Il y a d’ailleurs une variante de ce style qui consiste à barder sa monture de pièces pour le moins anachroniques : caches culbus carbone,  pots sous la selle façon 916, commandes reculées usinées à la NASA, selle de GSX-R etc. Vous dites ? Tous les goûts sont dans la nature. C’est vrai …


Bref j’avais toujours en tête de rouler en racer mais un manque de conviction avait jusque là retardé mon passage à l’acte. C’est ma visite dominicale à la course de côte de Chanteloup les Vignes qui me remit le pied à l’étrier en quelque sorte. J’y ai croisé çà

et ce fut comme une sorte de révélation. Tel Bernadette Soubirous est apparut sous mes yeux ébahis l’objet de ma quête. Un flat vintage dans son jus racerisé à un temps ou le carbone ne se trouvait que dans les mines de crayon et le titane dans la carlingue du Spoutnik fraichement orbitalisé. Un truc authentique quoi. Sans fioritures et portant les stigmates du temps passé.



Fort de ma nouvelle certitude je me suis mis à tâter le marché. J’ai put constater que le flat d’antan est toujours surcoté et que trouver une machine en état correct à un bon prix relève un peu du parcours du combattant … Qu’importe. J’avais du temps devant moi et je savais ce que je voulais. Le but étant que le budget pièces soit le plus léger possible vu que je visais un truc fait maison avec des morceaux de récupération plus où moins adaptés. En tout cas pas de recours systématique à un quelconque catalogue de pièces dorées à l’or fin.

Donc pour faire court je voulais une série 2, 5 où 6, complète, tournante, dans son jus et pas cher pour en faire la bécane de mes rêves.


Après plusieurs mois sur le net je commençais à me dire que la tâche était plus ardue qu’il n’y paraissait. Je suis alors tombé sur la perle rare, la trouvaille qui vous fait dire que la chance existe vraiment ! J’ai nommé une R75/6 de 1976 caférisée sur un cahier des charges identique au mien, qui plus est avec un bon stock de pièces et surtout celles permettant de remettre la moto en configuration d’origine au besoin. Ne vous fiez pas au badge du bloc, il s’agit bien d’une 750 et non d’une 600.


La cerise sur le gâteau étant que j’ai obtenu le tout pour le prix d’une bécane identique mais non racerisée et sans pièces d’avance. Le seul écueil était que j’allais de nouveau avoir à faire une importation vu que la belle se trouvait à Liège, chez nos amis belges donc. Soit dit en passant cela me faisais plaisir d’aller chercher l’objet de mes convoitises au pays de la Jupiler que j’ai beaucoup pratiqué dans une autre vie, le pays pas la bière hein !


C’est donc par un samedi ensoleillé que la voiture de tonton attelé de la remorque Kiloutou nous a conduit chez les mangeurs de boulettes lapin. Petit coucou à Michelle, Lucie, Maud, Bruno, Olivier, Kiki, Fabian, Pipo, si vous me lisez merci pour tout !

Transaction idéale et sans soucis avec un vendeur maniaque et passionné. Au retour j’avais un peu de mal à garder mes yeux sur la route plutôt que dans le rétro à admirer ma nouvelle acquisition. A peine 8h aller / retour, ce fut une affaire rondement menée et la orange était dans le garage pour la fin d’après-midi.      


Je ne me privais alors pas pour la détailler. Ligne générale conforme à ma vision du racer, peinture nickel si ce n’est une bonne « gratte » sur le réservoir, bracelets Tommaselli de rigueur, fourche de série 7 à double disque avec jante Akront. Il n’y a que le feu arrière trop brillant à mon goût et son support trop souple qui seront avantageusement remplacés par un bout d’alu strié et un petit feu tomate qui trainaient dans le garage.


Il m’aura juste fallut délester mon portefeuille de 170 € pour le dossier d’importation, 47 € pour la CG et 25 € pour l’assurance collection avant d’aller faire un tour pour de vrai. Je l’avais bien essayé sur le parking en Belgique mais rien de vraiment transcendant. Verdict, tout fonctionne, la selle est en bois mais ce n’est pas grave vu qu’on ne fera pas le tour du monde ensemble et le sourire est au rendez-vous. Il y a bien la fourche qui ne coulisse pas trop bien mais après renseignement pris le vendeur ne s’en était même pas aperçu. C’est vrai que ça ne gêne pas outre mesure et ça attendra. Les plaquettes sont neuves mais un petit réglage des étriers leur a fait du bien vu que le disque de gauche frottait un peu de trop.


Les niveaux sont OK et les fluides ont l’air récents alors ça ira bien. En revanche il va falloir que je me fende d’un bon réglage général car la moto en a bien besoin. Le filtre à air a dut faire plusieurs fois le tour du compteur tout comme les bougies. Ils seront avantageusement changés pour du neuf. L’ensemble fonctionne quand même et je ne me prive pas de faire quelques ballades. Succès garanti à son guidon ! Il faut dire que c’est quand même un truc assez improbable pour le néophyte lambda. La couleur participe aussi au fait que je ne passe pas inaperçu tout comme le bruit. Les flutes ne hurlent pas mais la mélodie est sympa et vivante. Il faut cependant rester aux aguets  et passer le rapport supérieur  quand le képi pointe à l’horizon, ça me rappelle les pots de détente de mes Vespa des grandes années ! Il est par contre évident pour moi que l’usage de cette moto sera régional voir même local car la rouge où la noire sont bien mieux adaptées au voyage.


Pour le reste tout baigne et quel plaisir de se retrouver au feu à côté de pétoires streetfighterisées et de lire l’incompréhension dans les yeux de leur pilotes : « Oh, elle est d’quelle année ta bécane ? C’est  la couleur d’origine ? » Ca sent la flambe aux terrasses de café avec les beaux jours qui reviennent.


Je vous vois venir, frimeur que vous pensez ? Et alors, vous feriez quoi à ma place avec une bécane comme çà ? Vous n’auriez pas envie de la montrer ?


Les photos de cet article plus quelques autres en qualité initiale ici :

http://minilien.com/?UVZdYDz2Em

   

Repost 0