Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Votre avis

MotoFlat vous a plut, déplut ? Laissez-moi un commentaire ! Le lien est à la fin de chaque article.

Recherche

1 novembre 2005 2 01 /11 /novembre /2005 00:00
FLATTITUDE
 
 
 
Martine et Benoît aiment la moto, toute la moto. Même si le garage abrite plusieurs choses récentes, rien ne vaut une bonne vieille allemande et une paire de bracelets aux yeux de nos hôtes. Ce n’est pas moi qui vais les blâmer !
Retour donc sur le 4ème week-end dédié au café racers BMW organisé par nos 2 accrocs du flat-twin.
 
 
 
L’action prends place à Bichereau, petit village de Seine et Marne dans la maison personnelle des organisateurs. Le samedi après-midi est consacré à l’accueil des motards avec apéro et vidage d’œufs d’autruches (véridique). Le jardin est transformé en village de toile et il y a même une (petite) piscine pour les plus chauds … Le dimanche s’articulant principalement autour de la ballade et du restau comme point de chute.
 
 
 
Ici règne une ambiance de proximité que l’on ne retrouve pas dans nombre de manifestations autrement mieux promotionnées. Le maître mot de ce week-end n’est autre que con-vi-via-li-té, on est entre gens de bonne compagnie puisque tous roulent en racer teuton … Benoît souhaite conserver ce type d’organisation en nombre limité afin de faciliter les échanges entre participants et donner à tout cela un petit air de week-end en famille.
 
 
 
Drôle de famille tout de même ! Que du flat classique caférisé à souhait dans la plus grondante tradition.  Tous les types de réalisations se côtoient pour le plaisir des yeux et des oreilles. Réplicas, bitzas, vintage assaisonnées d’une bonne dose d’huile de coude car point de poseurs à Bichereau, que du bricoleur. C’est d’ailleurs l’occasion rêvée pour échanger les conseils magiques et les adresses qui vont bien. Chacun y  va de sa combine pour fixer un compte-tours adaptable où une paire de commandes reculées faites maison.
 
 
 
Une moto ne tourne pas rond et voilà les mains qui s’affairent autour du berlingue (n’est ce pas Serge ?). La synchro n’a qu’à bien se tenir à grands coups de tournevis magique ! L’esprit motard est bien vivant et celui qui a un problème ne mettra pas longtemps avant de se voir donner un coup de paluche.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Le repas du samedi soir nourrit les estomacs et fait fortement travailler les zygomatiques car non contents d’être de fieffés bricoleurs certains motards sont également de véritables showmen !
Les aiguilles tournent et il devient vite évident que la nuit sera courte mais profitable tant la vinasse fut gouleyante.
 
 
 
Il fait grand soleil au réveil et la balade s’annonce très bien d’autant que le parcours semble avoir fait l’objet de toutes les attentions.
 
Le départ a quelque chose de grandiose avec tous ces silencieux qui n’en ont que le nom. Ah le son du flat le matin au coin du bois ! On en vient presque à se demander comment font certains pour ne pas rouler constamment suivis par un gyrophare bleu … Réunir autant de café racers BMW le même week-end est déjà une belle prouesse mais la chose prends toute sa dimension lorsque vous vous trouvez au milieu de la meute, carrément jouissif !
 
 
 
Des potes, des virages, de l’angle et de la verdure, tout va bien. Quelques arsouilles plus loin le groupe stoppe pour une bonne bouffe à la française dans un restau qui présente bien. C’est l’occasion pour chacun d’échanger ses impressions et ses anecdotes toutes très réalistes, la bonne foi des motards n’étant plus à prouver. Bref là encore de fameuses tranches de vies fusent dans vos esgourdes ébahies.
De la moto à la finition numérique au racer patiné à grands coups de prise d’angles les détails fusent de toutes parts et on a vite fait de se croire au beau milieu d’un tournage scénarisé par Audiard. Sauf qu’ici personne ne joue, on se contente de vivre et plutôt joyeusement.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Après le café le parking se transforme momentanément en forum de mécanique. Tous les styles (de racers) se côtoient et nul n’est mis à l’écart. Chacun gère son truc à sa façon et personne n’ira critiquer un cligno pas dans l’esprit où un compte-tour anachronique sur une vieillerie catégorie nickel. Le café racer étant par définition une belle partie de bricolage, il est quasi impossible d’en trouver 2 pareils. Chaque bécane est construite au gré des envies et des possibilités de son pilote et c’est bien ce qui fait le charme de la chose.
Les flats à 2 soupapes ne disposant pas de catalogues pléthoriques d’accessoires, le système D est de rigueur et fait naître des racers très personnels. Ils ont tous une bonne dose de vécu qui manque à bien des préparations fleurissant dans les magazines.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
La relative rareté des café racers BMW souligne le mérite de martine et benoît qui réussissent d’années en années à faire venir des machines toujours plus sympa. Si vous avez un café racer BMW et que vous ne savez pas quoi en faire, ne cherchez plus, surveillez l’arrivée de septembre, enclenchez la première et passez à Bichereau boire un godet !
 
 
 
 
  

Partager cet article

Repost 0

commentaires