Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Votre avis

MotoFlat vous a plut, déplut ? Laissez-moi un commentaire ! Le lien est à la fin de chaque article.

Recherche

18 décembre 2005 7 18 /12 /décembre /2005 10:32
EN PASSANT PAR MUNICH
 
Amateur de BMW que vous êtes, l’envie d’aller voir à Munich quel temps il fait a bien du vous passer par la tête une où deux fois, il suffit juste de se décider !
Comme je souhaite avant tout vous parler de moto je passerai sous silence la fameuse oktoberfest plus connue chez nous comme fête de la bière ! Elle se déroule en octobre et n’est pas du tout le sujet de cet article !?!
Munich abrite donc le siège de BMW avec sa tour aux 4 cylindres bien connue et dans le bol situé tout près un musée dédié à la marque. Vous n’êtes pas sans savoir qu’avant d’être transférée à Berlin l’unité de production de vos bon vieux flat était en Bavière. En effet, pour ceux qui n’aurait pas tout suivi, le B de BMW signifie bien Bavière (bavaroise en l’occurrence) Bayerische Motoren Werke, il y en a bien un où deux qui ne le savaient pas hein ? Allez, pour me faire plaisir …
BMW qui ne s’appelait pas encore ainsi y a fondé en 1911 une fabrique d’avions sur le site d’Oberwiesenfeld qui fut le premier terrain d’aviation de Munich, le sigle bleu et blanc de la marque symbolisant une hélice en rotation. En 1913 y est ajouté un département moteur d’avions et ce n’est qu’en 1917 que la marque adopte les 3 lettres bien connues.
A partir de 1923 l’usine se tourne vers la production de motos. C’est Max Friz concepteur de la R32 qui va poser les bases techniques mais aussi qualitatives de la marque. Vous noterez au passage que ce n’est qu’en 1929 à l’usine de Berlin que la marque va s’intéresser aux automobiles. C’est toujours bon à savoir si un propriétaire de 4 roues vous snobe chez le concessionnaire …
De 1949 à 1969 la production de moto sera petit à petit déplacée à l’usine de Berlin.  
 
Donc vous êtes à Munich et vous êtes bien décidé à visiter ce fameux musée, malheureusement il va falloir attendre jusqu’en 2007 pour cause de travaux…
Dans leur grande mansuétude les dirigeants de votre marque préférée ont pensés à vous en mettant en place une exposition provisoire à l’Olympia Park situé de l’autre côté du boulevard. Un échantillon représentatif des productions bavaroises à travers les années y a été déplacé. Les 1200 m2 dévolus à cette exposition sont majoritairement occupés par les voitures, j’aurai souhaité l’inverse, vous aussi je pense ? Heureusement quelques très belles motos sont là pour témoigner de l’attachement historique de la marque aux deux roues.
 
La première chose que vous verrez en entrant est un magnifique moteur d’avion en étoile à 9 cylindres de 1934. Il est ajouré en de nombreux endroits afin de vous en faire découvrir les entrailles. Je ne savais pas que c’est le volant moteur (ou une masse du vilebrequin ?) qui commande l’ouverture des soupapes par tiges et culbuteurs. Des bossages y sont présents et actionnent les tiges de culbuteurs grâce au petit roulement qui est à leur base. L’usinage d’une telle pièce n’a certainement pas été fait par un débutant vu sa taille et le nombre de ces bosses qui doivent être placées au bon endroit sous peine de fonctionnement boiteux !
Juste après se trouve la boutique qui vends tant de belles images et de modèles réduits qu’on a envie de tout acheter ! Elle jouxte une mini salle de cinéma qui passe en boucle un film plutôt sympa sur un motard années 30 chevauchant un superbe flat de la même époque. Il évolue en montagne sur des routes à peine déneigées et franchement, j’aurais bien été faire un tour avec lui !
Les motos suivent ensuite avec un modèle qui a fait beaucoup pour la renommée de la marque : la 750cc des records du monde d’Ernst Henne modèle 1936. La dernière avant celles qui seront totalement carénée. Avec cette moto il mit fin à son duel avec Wright sur OEC Temple en signant un impressionnant 256 Km/h !
En détaillant cette moto, force est de constater qu’elle est l’œuvre unique d’artisans hors pair. Le carénage métallique est martelé à la main, tous les rembourrages nécessaires sont en cuir et assemblés avec cette légère imperfection du « cousu main ». La préparation va jusqu’à profiler les jambes de la suspension avant à lames ( !?!) de même que la fourche et le guidon qui avec ses poignées verticales donne cet aspect avant-gardiste à l’ensemble. Même l’ensemble cylindre/culasse semble avoir été spécialement travaillé pour favoriser l’aérodynamisme. C’est vraiment une moto magnifique, véritable vitrine du savoir faire technologique de la marque à cette époque.
 
Non loin de cette entrée en matière se situe le gros des motos avec plusieurs modèles dans un enclos de verre. Le premier et non des moindres est un side car R75 de 1947 avec carénage « mustang ». Il s’agit d’une version améliorée et coursifiée de la R75 si efficace aux mains de la Wermacht grâce notamment à la roue motrice du panier. Cet équipement n’a toutefois pas été conservé sur le modèle de l’expo car inutile et trop pénalisant en utilisation course.
Ce side car n’est pas encore un basset mais posa les bases de la domination de la marque dans le championnat mondial de cette discipline. Il fallut cependant attendre 1954 pour que le Rennsport disponible depuis 1953 amène le titre de champion du monde à BMW. Cette domination outrancière perdura jusqu’en 1974, année ou les 2 temps devinrent trop puissant pour le flat vieillissant. Mike Krauser développa une ultime version tout de même capable de 250 Km/h mais ce ne fut pas suffisant.
 
Tout de suite à coté du 3 roues trône un exemplaire qu’on croirait neuf de la R32 de 1923, modèle donc découle encore les productions BMW d’aujourd’hui. L’équation flat-twin + cardan était partie pour dicter la production d’innombrables motos BMW dont même la R 1200 GS HP2 toute récente peut se revendiquer.
Les autres 2 roues exposés sont plus courant mais affichent tous une qualité de conservation ou de restauration vraiment exceptionnelle. Il y a dans le désordre une R 24 de 1949, une R 50/2 version Polizei de 1960, une R 60/5 de 1973, une R 80 G/S de 1983, une K1 de 1993, une R 25/3 carénée et enfin une R 1150 GS de 1999 que vous aurez tous aperçu chez votre concessionnaire !
 
BMW a choisi d’exposer également beaucoup de voitures, très exactement 24 contre seulement 10 motos. Là encore les voitures semblent neuves, la plus ancienne une 3/15 CV cabriolet de 1931 n’ayant rien à envier à la plus récente, une Williams F1 de 2003. Je ne suis pas spécialement amateur des 4 roues BMW (mon porte-monnaie est totalement inadapté) mais je dois reconnaître que la 735i de 1987 me conviendrait tout à fait !
 
Assurément BMW a une histoire très fournie et la condenser sur une surface aussi serrée n’a pas du être chose facile pour les décideurs de cette présentation temporaire. Si vous voulez plus de détails sur l’histoire de la marque et notamment les publications de BMW sur le sujet vous pouvez aller voir ici www.bmw-mobiletradition.com . Le site de Munich est actuellement en quasi complète réorganisation et prouve que BMW ne vit pas que par le passé même si elle ne le renie pas. Vous pouvez aller voir ici www.bmw-welt.com notamment les travaux du projet « BMW Welt », un nouvel espace ultra moderne dédié sur le site historique de la marque bavaroise.
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires