Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Votre avis

MotoFlat vous a plut, déplut ? Laissez-moi un commentaire ! Le lien est à la fin de chaque article.

Recherche

21 janvier 2006 6 21 /01 /janvier /2006 17:58
LES CARS BOURRENT À TORT
 
C’est marrant comme les choses s’enchaînent parfois. Après avoir mis des roulements de direction neufs je me croyais tranquille pour un moment, erreur. Tout content d’avoir un bon feeling dans la direction je suis aller tester le comportement de la moto à vitesse soutenue dans les petits virolos d’une autoroute allemande près de Beauvais. Elle m’avait bien déjà gratifié de superbes explosions dans les pots avec force coupures d’allumage mais rien que du temporaire. Là le moteur ne veut plus prendre ses tours au-delà de 4000. Et tout le temps. Même pas une petite saleté qui vous bouche un gicleur pendant 5 secondes, nan, pas plus de 4000.
Une première inspection rapide des cuves et des gicleurs confirme que c’est plutôt propre mais que les joints ont séchés et partent en morceaux. Il va falloir investir dans une pochette. Après maintes recherches il s’avère que c’est moins cher de commander au USA que d’acheter chez le gars du coin.
Je passe donc commande chez www.bingcarburetor.com la pochette de base pour 32 euros et des poussières port compris. J’ai appris depuis que http://gummikuh.ifrance.com/gummikuh/  vends des pochettes légèrement moins complètes pour 21 euros environ, à vous de voir.
Une fois les joints reçus je rassemble les outils nécessaires : bac plastique, pinceau, brosse, tournevis et clés diverses sans oublier une bombe de nettoyant carbu adaptée. Cette dernière est indispensable car l’essence en séchant laisse une sorte de vernis qu’il est assez difficile de retirer sans ce type de nettoyant. La dépose des carbus est assez rapide et me permet de constater que les membranes sont en très bon état (je le savais avant c’est pour cela que je ne les avais pas commandé, pas con jean pierre !). Je commence par un nettoyage extérieur dans le bac avec de l’essence. Je suis ensuite obligé de forcer sur la clé pour retirer l’ensemble porte gicleur principal / diffuseur / puit d’aiguille. C’est là que se trouvait la cause principale de tous mes ennuis. En haut de ce tube, juste sous le venturi, s’était amassé une boue noirâtre qui colmatait partiellement les trous du diffuseur d’où le manque de carburant et le refus du moteur à prendre ses tours. Le nettoyant carbu permet de fignoler le nettoyage des divers petits conduits qui constituent le carburateur. Les joints toriques sont tous en très mauvais état et ce n’était vraiment pas du luxe de les changer. L’aiguille n’est pas marquée mais est assez sale et je lui applique un léger coup de papier de verre ultra fin sans insister ce qui lui redonne son aspect « de quand elle était jeune » !
Les commandes de starter sont vraiment sales et subissent un nettoyage en règle. La seule chose que je ne changerai pas sont les joints d’axe de papillon car il parait que c’est assez galère à régler et qu’ils ont l’air en ordre … Si ça redéconne après tout ça il sera toujours temps de le faire !
Le deuxième carbu est dans le même état et subit donc un traitement identique. La repose est assez facile et je me fade une synchro aux petits oignons pour repartir sur de bonnes bases. L’essai sur route me fait dire que la richesse est trop haute car des explosions se font toujours entendre dans les pots. Certes beaucoup moins qu’avant mais quand même. Retour au garage pour vérifier l’avance au cas ou mais elle est OK, au ralenti comme à 3000 tours. Je me remets sur le réglage des vis de richesse : ce qui est difficile c’est de sentir le moment ou le régime cesse d’augmenter car c’est précisément là ou la richesse est optimale. Les carbus ont 24 ans et les vis de richesse aussi ce qui ne facilite pas la tache. Le bruit du moteur et de l’autre cylindre n’aide pas trop non plus … Je soigne le truc et repart faire un tour avec le tournevis dans ma poche. Le phénomène s’est atténué mais survient encore par moment. Je fais plusieurs arrêts pour modifier les réglages de quelques 1/8 de tours jusqu’à arriver à un équilibre satisfaisant.
La moto répond bien, prend bien ses tours, la puissance est là et je tire un peu sur le flat maintenant bien chaud, heureusement que je suis sur autoroute allemande car je roule bon train ... Tout à l’air OK et les explosions dans les pots ne se font plus entendre. Le dépressiomètre confirme l’équilibre entre les deux carbus et les bougies ont une belle couleur chocolat, bref tout à l’air nickel. Ca tombe bien car à un moment je me suis demandé si les soupapes d’échappements n’étaient pas dans le coup …
 
Suite au prochain épisode …  
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires